Le 8 février 2018, la Chambre des Députés a voté, à l’unanimité, le projet de loi n°6982 sur les marchés publics, qui transpose deux directives européennes (2014/24/UE et 2014/25/UE) et intègre ainsi dans la législation nationale les nouvelles exigences communautaires.

Les objectifs principaux des nouvelles dispositions légales sont notamment de :

  • favoriser la prise en considération des critères de durabilité (économiques, sociaux et environnementaux) dans les marchés publics ;
  • simplifier les procédures de passation des marchés publics ;
  • faciliter l’accès des PME aux marchés publics ;
  • favoriser l’innovation.

1. Favoriser la prise en considération des critères de durabilité dans les marchés publics :

  • Appréciation de l’offre économiquement la plus avantageuse

Le critère de « l’offre économiquement la plus avantageuse » est reformulé afin de permettre aux pouvoirs adjudicateurs de tenir davantage compte des critères extra-financiers dans l’appréciation des offres et du coût du cycle de vie.

  • La clause sociale horizontale

Les pouvoirs adjudicateurs ont désormais la possibilité d’exclure les offres, souvent anormalement basses, qui sont présentées par des opérateurs économiques qui ne se conforment pas aux exigences du droit social, du droit du travail et de la législation environnementale.

2. Simplifier les procédures

L’utilisation des moyens électroniques et la mise en place d’un document unique de marché européen (DUME) devraient permettre de réduire les formalités administratives étant donné que seul le soumissionnaire qui se verra attribuer le marché devra fournir l’ensemble des documents requis.

3. Faciliter l’accès pour les petites et moyennes entreprises

Les nouvelles dispositions légales visent à faciliter l’accès aux marchés publics des petites et moyennes entreprises en favorisant l’allotissement et en limitant le niveau du chiffre d’affaires qui peut être exigé des candidats pour participer à un marché public.

4. Favoriser l’innovation

  • Plusieurs dispositions sont de nature à favoriser l’innovation :
  • la possibilité de prendre en compte le coût total du cycle de vie dans toutes les procédures ;
  • la simplification de la procédure de dialogue compétitif ;
  • l’introduction d’une nouvelle procédure « partenariat pour innovation ».

Contacts

Marianne Rau

Partner

Administrative Law, Property, Construction & Environment, Private Wealth, Litigation & Dispute Resolution

Gilles Dauphin

Counsel

Administrative Law, Property, Construction & Environment

Martial Barbian

Counsel

Administrative Law, Property, Construction & Environment, Litigation & Dispute Resolution

YOU MIGHT ALSO WANT TO DISCOVER

18/04/2019
MiFID 2 third country access: the Luxembourg temporary regime now clarified by the CSSF

On 12 April 2019, the CSSF released its Circular letter 19/716 on the provision in Luxembourg of investment services or performance of investment activities and ancillary services in accordance with Article 32-1 of the law of 5 April 1993 on the financial sector, as amended (the...

Read More_
Financial reporting requirements for funds
enhance
your
experience
unfortunately, you can not personnalize your browsing on this page

Would you like to configure your browsing experience at arendt.com?

Let us know your profile and favourite topics

You are

Banking and Financial Services

Fund Industry

Private Sector

Private Wealth

Public Sector